Déficit de l’attention, troubles des apprentissages et psychose : Une prise en charge multidisciplinaire au C3RP

Une prise en charge multidisciplinaire au C3RP

30 vues
Charlotte Danset-Alexandre : "Déficit de l’attention, troubles des apprentissages et psychose: Une prise en charge multidisciplinaire au C3RP"

Vidéo de l’intervention de Charlotte Danset-Alexandre (neuropsychologue) : « Déficit de l’attention, troubles des apprentissages et psychose : Une prise en charge multidisciplinaire au C3RP« , lors de la 2ème journée du C3RP, Centre Hospitalier Sainte-Anne, Paris.

Introduction (transcription de la vidéo)

Nous allons vous présenter une communication qui est vraiment dans la lignée de ce qui a été proposé par le Dr Caroline Demily, cette fois-ci pour des patients qui présentent une symptomatologie psychotique à l’adolescence associée à des anomalies neuro développementales.

En psychiatrie adulte, notamment au C3RP, nous recevons des patients qui présentent des symptômes psychotiques à l’adolescence. Certains de ces patients vont également présenter des difficultés précoces dans le développement. Ils rapportent, au cours de l’anamnèse, des difficultés dans l’interaction sociale, des difficultés pour gérer leurs émotions, des troubles du comportement mais aussi des troubles cognitifs et notamment des déficits attentionnels importants et des troubles des apprentissages, c’est à dire des difficultés pour apprendre à lire, à écrire, à calculer mais aussi, dans le cas de troubles praxiques, des difficultés à élaborer un geste orienté vers un but.

Diapo 2 - Charlotte Danset-Alexandre : "Déficit de l’attention, troubles des apprentissages et psychose: Une prise en charge multidisciplinaire au C3RP"
Diapo 2 – Charlotte Danset-Alexandre : « Déficit de l’attention, troubles des apprentissages et psychose: Une prise en charge multidisciplinaire au C3RP »

Selon le niveau intellectuel du patient, le suivi en orthophonie ou en psychomotricité qui a pu être mis en place, l’étayage familial et aussi et surtout le suivi et le maintien du suivi en pédopsychiatrie, ces patients vont réussir plus ou moins à compenser leurs difficultés. Et, ce n’est qu’à l’adolescence, période de réels bouleversements, que ces patients vont lâcher, ne vont plus du tout réussir à compenser leurs difficultés et vont présenter les premiers symptômes psychotiques. En ce sens-là, les difficultés précoces qu’on peut retrouver dans le développement vont constituer de réels facteurs de vulnérabilité à la transition psychotique.

Lorsque ces patients, qui généralement ont été finalement désinsérés, arrivent en psychiatrie adulte, ils se retrouvent en errance diagnostique et thérapeutique et leur prise en charge apparaît vraiment peu efficiente. En effet, ils sont souvent intolérants aux antipsychotiques, il existe énormément de comorbidités psychopathologiques qui évoluent pour la plupart depuis l’enfance, puis des troubles cognitifs qui sont extrêmement invalidants qui vont favoriser la désinsertion de ces patients et entraver tous les processus de réintégration psychosociale.

Ceci a ancré notre profond intérêt clinique dans le cadre du C3RP et nous tentons actuellement de développer des évaluations cliniques approfondies et des prises en charge individualisées multidisciplinaires pour ces patients. […]


Une autre vidéo de Charlotte Danset-Alexandre :