Méthode NEAR

Méthode NEAR, étude chez l’adultes et l’adolescents

La méthode NEAR : Présentation & premiers résultats

Dans cette vidéo nous sont présentés les premiers résultats d’une étude  sur la méthode NEAR chez l’adulte et l’adolescent menée par le Centre Ressource et référent en Remédiation Cognitive et Réhabilitation Pychosociale. Vidéo tournée le 29 juin 2018 lors de la 7ème journée du C3RP.

Contenu de la présentation :

logo C3RP - Centre Ressource et Référent en Remédiation Cognitive etRéhabilitation Psychosociale de l'Île de France

FormaCat Happy Neuron

La méthode NEAR : Présentation &
premiers résultats

Lindsay BRENUGAT HERNE, David ATTALI et Stephan RENOU
Psychologues spécialisés en Neuropsychologie
Centre Ressource et Référent en Remédiation cognitive et Réhabilitation Psychosociale (C3RP)
Service Hospitalo-Universitaire
Unité de Soins Psycho-Sociaux
Service de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent
Centre Hospitalier Sainte-Anne

institut de Psychiatrie GDR 3557
GHT Paris, Psychiatrie et Neurosciences
GHT Paris, Psychiatrie et Neurosciences
AFRC

Motivation & schizophrénie

Choi et Medalia, 2010

  • Essor de la remédiation cognitive : identification des variables et modalités pouvant optimiser les bénéfices de la RC
  • Moins axé cependant sur les états psychologiques pouvant influencer le processus d’apprentissage.
    • Motivation intrinsèque et ses dérives associées dans la récupération cognitive.
  • Nakagami et al. (2008) : rôle médiateur entre les répercutions neurocognitives et psychosociales dans les programmes de réhabilitation en psychiatrie
    • Mécanisme décisif permettant de faire le lien entre neurocognition et fonctionnement psychosocial dans la schizophrénie.
  • Deci & Ryan (2008) : Motivation intrinsèque serait fondamentale pour permettre aux étudiants de faire preuve de persévérance et d’adhésion aux tâches qui impliquent un traitement de l’info complexe.
  • Medalia & Frielich (2008) : Patients psychotiques intrinsèquement motivés dans un traitement difficile, vont engager un comportement ciblé, du fait de l’intérêt, du plaisir et de la satisfaction ressentie de par leur engagement dans l’activité, et non du fait d’obtenir une récompense externe
  • les comportements motivés intrinsèquement, sont répétés indépendamment de renforcement externe, facilitant leur maintien dans un environnement de soin.
  • Altération dans les différents aspects de la motivation et du système de récompense dans la schizophrénie qui vont jouer un rôle critique dans l’expérience hédonique et le plaisir anticipatoire, ainsi que dans les capacités à comprendre la valeur inhérente des tâches d’entrainement et de récompense externe (Gard et al., 2007 ; Gold et al., 2008)
  • Pragmatique et scientifiquement prudent de centrer ses efforts en ciblant  et améliorant le plaisir inhérent et la valeur que donnent les patients sur leurs propre entrainement plutôt que de s’appuyer sur des plateformes d’incitations externes.

Création d’un programme de remédiation cognitive favorisant l’éveil de la motivation intrinsèque chez les patients :

NEAR : The Neuropsychological Educational Approach to Remediation 

(Alice Medalia 2009)

Modèles théoriques de la méthode NEAR

– La neuropsychologie et les neurosciences cognitives
– Modèles de psychopédagogie et théories d’apprentissage:
  • Modèle MUSIC (Jones 2009)
  • Meilleures stratégies d’apprentissage
  • Apprentissage multi-sensoriel
  • Théorie de la valeur de l’attente (Wigfield – Eccles, 2000)
  • Théorie de l’autodétermination (Ryan & Deci 2000)
– Psychologie du rétablissement
– Thérapie auto-centrée de Rogers

La méthode NEAR :
Présentation générale

4 mois à raison de Deux séance d’1h30 par semaine qui se composent :
Exercices informatisés en individuel (45 min) :
  • Travail de manière autonome sur un à deux exercice par séance  que les participants choisissent
  • Le thérapeute n’intervenant que si besoin ou pour apporter un feedback ou faire du renforcement positif
Séances de Bridging groupe (45 min) :
  • Spécificité du programme => sessions-passerelles : Entrainement sur des exercices cognitifs qui se déroulent dans la vie réelle au moyen de texte, de vidéos ou de scénario Visée de sensibilisation et de découverte du sujet de son propre fonctionnement cognitif (ex : style d’apprentissage) , de ses schémas de pensée et de ses croyances qui peuvent brider sa motivation et ses performances. Mise en application des stratégies et outils abordés durant les exercice mais dans un contexte plus concret de vie quotidienne. Travail important autour de la métacognition et sur les proprioceptions
  • 8 modules : à chaque séance sera abordée une thématique en particulier. Conçues pour favoriser le transfert des compétences dans le quotidien .

Raisonnement verbal et résolution de problème

Résolution de problème Première session

Charles a un rdv avec une fille demain mais son appartement est en désordre, il n’a rien à manger ni à boire dans son réfrigérateur, il n’a pas d’affaires propres à se mettre, et il commence à stresser. Il a dit à cette personne que pour demain, ils se retrouveraient chez lui  et ensuite ils iraient  au cinéma que Charles  aura choisi. Il lui reste un jour pour mettre tout en ordre, mais il ne sait pas par quoi commencer. Pouvez-vous aider Charles ?

  1. Je me concentre :
    • Lecture à tour de rôle du texte
  2. Quelle est la problématique ?
    • Charles doit accomplir plusieurs choses et ne sait pas comment s’organiser et par quoi il doit commencer.
  3. Comment, les stratégies :
    • Lister tout ce qu’il doit faire pour commencer
    • trouver un film,  
    • voir dans quel cinéma cela se joue,  
    • à quelle heure et comment y aller,
    • nettoyer l’appartement,
    • faire la lessive,
    • acheter ce qu’il va servir à manger pour ce rendez-vous.
    • –————————————-
    • Prioriser la liste de choses à faire
    • Permettre au groupe de prioriser les tâches, de planifier le temps à exécuter les choses, et de résoudre les problèmes.
    • Flexibilité dans l’ordre, plusieurs solutions possibles
    • Les réponses devraient inclure également que l’ordre d’exécution des choses n’a pas d’importance s’il a un plan clair de tout ce qui doit être fait
  4. Passage à l’action :
    •  Maintenant qu’il a tout noté et qu’il a déterminé l’ordre qu’il allait mettre ne place, Charles peut passer à l’action et résoudre sa problématique en appliquant son plan d’action.
  5. Vérification
    • Permettre au groupe de parler de planification temporelle, de faire une liste, d’aborder le problème des tâches multiples à faire, et de l’aspect organisationnel (faire autre chose pendant que la lessive tourne).
    • Faire des listes, mettre des rappels sur les téléphones portables, noter dans les agendas, sur le réfrigérateur, post-it, rayer les tâches terminées etc.

Etudes de Validation de la méthode NEAR

But : objectiver un bénéfice du programme et voir si ce bénéfice se transfère dans le quotidien.
  • Validation de l’efficacité des exercices
  • Etude de l’impact général du programme
==> Validation des effets sur la cognition

Medalia et al, 1998, Medalia, Dorn & Wattras-Gans, 2000; Medalia Revheim & Casey, 2000, 2001, 2002; Medalia, Herlands & Baginsky, 2003; Choï & Medalia, 2005, 2010; Redoblado-Hodge et al., 2008; Ikezawa et al., 2011; Lee et al., 2013

==> Validation des effets sur l’état clinique

Medalia et al., 1998, 2010; Bark et al., 2003

==> Validation des effets sur le fonctionnement psychosocial

Revheim et al., 2001; Medalia et al., 2003; Choi et Medalia, 2005; Redoblado-Hodge et al., 2008; Lee et al, 2013

Application de la méthode NEAR
(
population et adaptations)

Adaptation à diverses populations psychiatriques :
  • –1er EDM (Lee et al 2013)
  • Patients présentant des symptômes psychotiques chroniques sévères et/ou résistant sans abris (Medalia et al 2003)

Etude pilote :
Comparaison des données pré- et post-NEAR

  • 17 patients avec troubles schizophréniques (H = 11 ; F = 6)
  • Cliniquement stables
  • Âge moyen = 29 ans (SD = 7,38)
  • Âge moyen de début des troubles = 19 ans (SD = 5,57)
  • Niveau d’étude moyen = 14 ans (SD = 2,51) –> (=Bac+2)
Effets sur la cognition :
  • Mémoire épisodique : Amélioration de l’encodage (p=0.002); diminution des persévérations (p=0.024).
  • Mémoire de travail visuelle (p=0,011) et verbale (p=0.001)
  • Amélioration attentionnelle (p=0.033; p=0.038)
  • Amélioration de l’efficience intellectuelle globale (p<0.001)
Effets sur la symptomatologie clinique :
  • Amélioration symptomatologie négative (p=0.003)
Effets sur le fonctionnement psychosocial :
  • Autonomie : Relation extérieure (p=0.024) et vie affective (p=0.021)
  • Tendance : procrastination (échelle de Lay).

Etude pilote : Limites et perspectives

– Taille de l’échantillon.
– NEAR : Approche individualisée
  • Différence dans les objectifs, les exercices travaillés, les stratégies…  –> Difficile de comparer les effets sur la cognition sans distinction entre les participants.

==> Introduction de nouvelles variables (exercices travaillés, nombre de séances, etc.) pour réaliser des analyses par clusters.

Quelques témoignages
(issus des questionnaires remis en fin de groupe)

  • « Les bridging group sont intéressants et permettent d’identifier de meilleures pistes pour progresser en cognition. »
  • « Le thème des pensées automatiques parce que cela m’a ouvert à ces problématiques qui m’ont permis de mieux comprendre comment ma pathologie m’avait affecté précédemment.»
  • « Je me sens plus fort, notamment pour mes tâches quotidiennes (courses, etc…).»
  • « J’ai réussi à aller plus vite et à tenir une conversation avec le directeur du foyer. »
  • « Le groupe NEAR m’a aidé à aller mieux. De plus, ce groupe est très intéressant et ludique.»

NEAR chez les adolescents

  • Evaluations neuropsychologiques post-groupe en cours
  • Utilisation du programme en individuel pour des préadolescents et adolescents présentant un TDA/H :
    • Séance de 45 min: 20-25 min d’exercices informatisés et 20-25 min de TCC avec les mêmes objectifs que dans le « bridging group » (encourager le transfert sur d’autres situations ou contextes et faire le lien avec des activités de la vie quotidienne)
    • Matériel identique qu’en groupe mais accent mis sur certains modules (Introduction aux habiletés cognitives et à la remédiation, résolution de problème, planification/organisation et attention)
Avantage :
  • Plus personnalisé et adapté aux difficultés cognitives spécifiques de chaque patient
Inconvénient :
  • Perte de la dimension groupale très importante dans NEAR

Perspectives

  • Réflexion autour de l’adaptation de l’outil pour la population 1er épisode, voir les UHR (prévention, réduction du nombre de rechute par un renforcement des capacités cognitives et de la métacognition)
  • Une validation de la méthode en français avec plus de données
    • Population adulte souffrant de troubles schizophrénique
    • Population adulte souffrant de Troubles de la sphère autistique
    • Population adolescente souffrant de Trouble de l’attention  avec ou sans hyperactivité (prise en charge groupale et en individuel) et de trouble de la sphère autistique.

Point sur la formation à l’outil et l’utilisation de la méthode NEAR en France

  • Plusieurs équipes formée en intra :
    • Nantes, Henin-Beaumont, Evreux, La Réunion
  • 30 professionnels à l’issue des 2 premières sessions de formation en extra
  • Formation et accueil des stagiaires dans le cadre du DU de Remédiation cognitive (Lyon)
  • Partenariat avec la Tunisie :
    • Formation des équipes pour ensuite travailler sur une traduction de l’outil afin de le diffuser à leur tour dans les pays arabophones.
  • Partenariat avec le Liban

Formations à venir

Prochaines sessions :
  • –Du 11 au 14 Décembre 2018 à Paris
  • –DU remédiation cognitive
Inscriptions et renseignements :

FormaCatHappy Neuron

Remerciements

Sur le même thème :