Remédiation Neurocognitive : CRT, RECOS, NEAR, Jeu Mathurin

Programmes de remédiation neurocognitives du C3RP

CRT, Cognitive Remediation Therapy

CRT, Cognitive Remediation Therapy, guide du Therapeute
Thérapie par Remédiation Cognitive, Claire Reeder et Til Wykes

La CRT, Cognitive Remediation Therapy,  est une méthode de remédiation neurocognitive s’exerçant en interindividuel. Elle utilise des techniques d’apprentissage variées et progressives ; elle est, de plus, basée sur le principe de l’apprentissage sans erreur. Bien que tous les patients qui en bénéficient suivent le même schéma thérapeutique, sa mise en œuvre doit être adaptée aux besoins de chacun d’entre eux.

Le programme comprend 3 modules :

  • « flexibilité cognitive »,
  • « mémoire »
  • « planification ».

La mémoire, l’attention et les fonctions exécutives sont améliorées au cours de la prise en charge grâce à la répétition des exercices, mais aussi à la verbalisation et au renforcement positif. La thérapie dure environ 40 heures (2 à 3 heures par semaine) et utilise des exercices papier-crayon adaptés au niveau de la personne et n’étant donc pas susceptibles de la mettre en échec.

Le niveau de difficulté est toujours augmenté en fonction de la progression du patient et en évitant ainsi toujours sa mise en échec. Cette thérapie est utilisée et adaptable pour tous profils de patients souffrant de psychose et est aussi utilisée dans les troubles autistiques, les pathologies du développement, la bipolarité, et des variantes sont aussi utilisées dans l’anorexie mentale. Une version non verbale est également utilisée chez l’enfant dans les troubles de l’attention et dans les troubles autistiques à haut fonctionnement intellectuel.

Le C3RP dispense le seul enseignement agrée pour la méthode CRT sur le Diplôme Universitaire de remédiation cognitive à Lyon 1 et sur les modules d’enseignement de Sainte Anne formation.

RECOS, remédiation cognitive  pour la schizophrénie ou trouble associé

RECOS: remédiation cognitive pour la schizophrénie ou un trouble associéCe programme de remédiation neurocognitive est une forme de thérapie qui vise à aider les patients souffrant de schizophrénie ou d’un trouble associé à améliorer leurs performances au niveau de la mémoire, de la concentration ou du raisonnement. Les programmes de remédiation cognitive ont pour but d’améliorer le fonctionnement quotidien des patients et de favoriser leur autonomie.

Le Programme de Remédiation Cognitive pour patients présentant une Schizophrénie ou un trouble associé (RECOS) a été développé au Département de Psychiatrie du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (DP-CHUV) à Lausanne.   Il  vise à améliorer les  performances des patients dans l’un des domaines cognitifs, selon les résultats aux tests de l’évaluation neuropsychologique, grâce à des modules d’entraînement spécifiques. Chacune des fonctions cognitives traitées par le programme a des répercussions importantes dans la vie quotidienne du patient :

  • La mémoire verbale intervient pour enregistrer ou rappeler des informations aussi diverses que le contenu d’un roman, le sujet d’une conversation, les activités réalisées le week-end, le nom de tel objet ou de telle personne présentée il y a peu, une date historique ou encore l’apprentissage d’une langue étrangère.
  • La vie quotidienne nécessite que nous portions régulièrement notre attention sur les formes des objets et que nous soyons capables de nous représenter leur position dans l’espace. La mémoire et l’attention visuo-spatiales nous permettent ainsi d’analyser et de stocker les informations visuelles pour développer nos activités au sein de l’environnement.
  • La  mémoire  de  travail  intervient  dans  le  traitement  et  le  maintien  temporaire  des informations nécessaires à la réalisation d’activités cognitives aussi diverses que la compréhension, l’apprentissage et le raisonnement. Ainsi, la mémoire de travail s’avère précieuse lorsqu’il s’agit de comprendre un roman, s’entretenir avec des amis ou encore se souvenir de nos intentions.
  • L’attention sélective correspond à la capacité à porter son attention sur un seul type d’informations (les paroles d’une chanson, l’odeur d’un repas, la forme d’un objet, etc.), tout en évitant que les autres stimuli de l’environnement ne viennent perturber la tâche en cours (exemple: le bruit du tram qui m’empêche de comprendre le texte que je lis).
  • Le  raisonnement correspond principalement à  l’aptitude à  élaborer des  propositions, à planifier leur enchaînement de manière logique pour en venir à une conclusion. Le raisonnement permet ainsi de s’adapter à un grand nombre de changements provenant de l’environnement – comme le fait, par exemple, d’exercer une nouvelle activité – et d’atteindre les objectifs que l’on s’est fixés.

RECOS, logiciel de remédiation neurocognitive (capture d'écran)Ces différentes fonctions cognitives étant évaluées de façon détaillée avant l’entraînement proprement dit, le programme de remédiation est adapté au profil cognitif de chaque patient.

Chaque module d’entraînement propose des exercices papier-crayon et des exercices informatisés. Les séances papier-crayon permettent au patient – avec l’aide de son thérapeute – de développer les stratégies les plus efficaces pour faire face au problème posé. Ces stratégies seront ensuite appliquées par  le patient au cours des exercices sur  ordinateur. Il  s’agit de séances individuelles qui ont lieu deux fois par semaine en présence du thérapeute. Un travail à domicile est également effectué une fois par semaine et son contenu fait l’objet d’une discussion entre le patient et son thérapeute. Il est généralement en lien direct avec des préoccupations de chacun des particpants et fait l’objet d’un travail de collaboration entre le thérapeute et le patient, voire avec la famille ou encore l’entourage socio-professionnel. Ces séances à domicile sont importantes car elles font le lien entre ce qui a été entraîné en séance et les difficultés qui se présentent dans la vie quotidienne.

De nombreuses études ont montré une amélioration des capacités cognitives (mémoire, attention, organisation, etc.) après plusieurs semaines de remédiation cognitive.

En ce qui concerne le programme RECOS, les résultats indiquent une amélioration globale chez les participants qui ont terminé le programme. Il est par ailleurs intéressant de constater que les patients améliorent non seulement les fonctions cognitives pour lesquelles ils ont suivi un entraînement ciblé, mais également les fonctions cognitives non entraînées de manière spécifique (transfert d’apprentissage).

Les connaissances actuelles indiquent que les déficits cognitifs rencontrés chez les patients souffrant de schizophrénie ou d’un trouble associé sont dus à une mauvaise connexion entre les aires  frontales  et  différentes  régions  du  cerveau  (cortex  associatif,  système  limbique,  aires visuelle et auditive, etc.). La remédiation cognitive permet – via de mécanismes de plasticité cérébrale  – d’aménager de nouveaux réseaux de neurones et ainsi de rétablir ces liens. Ceci est notamment réalisé en stimulant la recherche de solutions alternatives pour résoudre un problème (comme par exemple, mémoriser un texte, prévoir un itinéraire ou encore organiser sa journée).

Le C3RP dispense le seul enseignement agrée pour cette méthode sur le Diplôme Universitaire de remédiation cognitive (Lyon 1) et sur les modules d’enseignement de Sainte-Anne Formation (o.luzi@ch-sainte-anne.fr)

NEAR : Neuropsychological Educational Approach to Remediation

Méthode NEAR (Neuropsychological Educational Approach to Remediation) crée par Alice Medalia en 2002 est une méthode améliorant les fonctions cognitives (mémoire, attention, planification) dispensée en groupe (jusqu’à 8 participants), centrée sur la motivation et alliant exercices cognitifs et groupes de thérapies comportementales.

En effet, ce programme dispensé sur quatre mois, avec des séances d’une heure à une heure trente bihebdomadaire permet au groupe de s’entraîner ensemble à améliorer leurs fonctionnement cognitif à l’aide de méthodes inspirées de techniques de type Montessori.

L’aspect ludique et entraînant des exercices neuropsychologiques graduels a été pensé réalisé et développé par le Pr Médalia, et par Mr Pascal Vianin tous deux neuropsychologues avec un logiciel commercialisé par Happyneuron–créasoft . Le programme est dispensé au C3RP en binôme est sera disponible dès l’automne 2015 à la fois sur le site du C3RP-SHU à l’hôpital Sainte Anne mais aussi sur le centre de jour polaire  du 15èmearrondissement.

L’enseignement de la méthode NEAR sera dispensé par l’équipe du C3RP au Diplôme Universitaire de remédiation cognitive (Lyon 1) mais aussi par l’intermédiaire de la société de formation continue Formacat.

Jeu Mathurin

Ce jeu de réalité virtuelle centré sur la planification et la mémoire prospective est dispensé actuellement au C3RP SHU et dès septembre 2015 sur le centre de jour polaire du pôle 15.

Il constitue une véritable méthode de « pré-remédiation » pour les patients qui ne sont pas de suite prêts à construire un projet de réhabilitation, fréquentent des hôpitaux de jour ou centre d’activités thérapeutiques de manière institutionnalisée et ont des potentialités pour s’orienter vers des projets d’insertion à court ou moyen terme.

Ce jeu en réalité virtuelle est pratiqué en groupe de 6 patients durant une heure à une heure trente par semaine et ce pendant trois mois. Le binôme d’animateurs soignants est composé d’un ergothérapeute et une psychologue, mais peut aussi être envisagé avec des infirmiers familiarisé aux techniques de remédiation cognitive.

Des premiers résultats très encourageants sur 8 patients ont montré une amélioration de l’attention, de la qualité de vie et une véritable évolution des sujets participants au jeu soit pour débuter ensuite un programme de remédiation cognitive, ou pour effectuer des démarches de réinsertion active dans leur environnement. Les participants ont évoqué un moindre stress pour toutes les démarches de la vie quotidienne, une meilleure discipline de vie, une meilleure organisation à leur domicile ou à l’extérieur et enfin des interactions sociales améliorées.

Ce jeu est actuellement en cours de validation et sera proposé à l’enseignement et disponibles pour d’autres structures de soins dans une à deux années.

%d blogueurs aiment cette page :