Accessibilité de la remédiation cognitive en Île-de-France, en psychiatrie adulte et infanto-juvénile, et dispositifs de réhabilitation

Accessibilité de la remédiation cognitive en Île-de-France

Accessibilité de la remédiation cognitive en Île-de-France, en psychiatrie adulte et infanto-juvénile, et dispositifs de réhabilitation

Etude publiée dans la revue psychiatrique Annales Médico-psychologiques, volume 176, Issue 6, Juin 2018, Pages 613-619 par les membres du C3RP :

  • Mona Moualla
  • Charlotte Danset-Alexandre
  • Corinne Launay
  • Catherine Doyen
  • Dominique Willard
  • Yannick Morvan
  • Isabelle Amado

( source :  ELSEVIER )

Résumé

La remédiation cognitive (RC) vise à réduire des déficits cognitifs et fournir des stratégies palliatives en vue d’une réinsertion de patients avec handicap psychique. Elle s’inscrit dans un parcours de soin personnalisé et nécessite une évaluation et une prise en charge multidisciplinaires, incluant éventuellement d’autres thérapies psychosociales.

Cette étude, réalisée en 2016, a pour ambition d’établir un état des lieux de l’accessibilité de la remédiation cognitive en Île-de-France, pour promouvoir un accès large en systématisant l’intégration de la RC dans un parcours global et cohérent.

Si la RC est proposée par près de 58 % des structures ayant répondu à l’enquête, sa mise en œuvre gagnerait à être améliorée : elle s’inscrit à 58 % dans un projet de réhabilitation précis et l’évaluation multidisciplinaire avant/après est réalisée à 51 % en psychiatrie adulte et 20 % en psychiatrie infanto-juvénile (PIJ), peut-être du fait d’un manque de personnel qualifié (neuropsychologues).

Les programmes utilisés en PIJ sont peu spécifiques. La capacité d’accueil, encore faible, devrait être majorée par des programmes de groupe. Malgré un manque de connaissance à combler, il ressort un intérêt important pour la RC avec une volonté exprimée par douze structures à se former. Les autres thérapies psychosociales, bien que mieux connues, gagneraient à être plus souvent proposées et labellisées par l’ARS.

Nos résultats confirment une rareté de l’offre de soin en psychiatrie dans le 77, le 91 et 93. Quatre unités de réhabilitation dans le 77 et trois dans le 91 sont en formation. Trois structures dans le 77 et deux dans le 91 souhaitent se former. Les soutenir est d’autant plus important que la bonne pratique de la RC a un effet direct sur les bénéfices en termes de coûts sociétaux. Depuis, dans toute l’IDF, huit structures ont déposé un projet de plateforme de RC et Réhabilitation.

  • Accéder à l’article sur le site de ELSEVIER

Accéder à la présentation de Mona Moualla (vidéo et diapos)